[PAS CENSURÉ]





Boules et bulles : les BD olé olé à prendre en vacances

Mardi 21 juillet 2020

5FC4ADFC-D3CF-4199-B563-BDA84ECEF1AF

Arrêtez de vous toucher sur les vieux Manara de papa, une nouvelle génération de dessinateurs et de scénaristes sont là pour déniaiser le genre de la BD de cul et y injecter de la comédie, de la science-fiction et même de la critique sociale. Voici quatre œuvres qui méritent de squatter votre couette cet été.

93D1FD5A-31CC-42BB-A7C6-97B2CB3EF353Star Fixion
Imaginez si George Lucas avait été obligé de tourner une version porno de Star Wars à cause d'un producteur foireux. C'est le point de départ de Starfixion, dystopie tout aussi débile que crédible. Dans cette dimension, le réal' a trouvé la phrase "Que la force soit avec vous" dans un gâteau chinois et Spielberg est à deux doigts de faire de Rencontre du 3ème type un film pour les hommes qui aiment les hommes. Si vous aimez les chibres laser, les droïdes coquins et l'érotisme cosmique, que viser la lune ça ne vous fait pas peur, ce petit bijou est pour vousC6D2E2FC-DCCE-4832-8399-777FC688A68FMr Coconut
Mr Coconut, c'est un peu Dragon Ball où les boules de cristal seraient des gros nénés, Jurassic World qui finirait en partouze ou Captain Cavern qui agiterait son corps caverneux plutôt que sa massue. On suit le rite d'initiation pour devenir un homme d'un petit gars primitif qui va observer les mœurs et sexualité en Océanie, mais pas vraiment comme Margaret Mead. Au programme : voyeurisme, tribu matriarcale et réflexion lacanienne sur le sein. 

7A11490D-935B-4F46-A054-2C75C6859BE0

Vagins
Polly Amorous, artiste burlesque à la vie sexuelle très occcupée, et Molly Morris, patronne d'un café et monogame casée, ont un lien mystérieux : elles sont, sans le savoir, connectées par leur vagin. Tout ce qui rentre dans l'un, sort par l'autre. Entre Le Monde de Narnia et Stargate SG-1 dans des culottes, Vagins explore les sentiments dont la foufoune n'est que le vaisseau, sans oublier pour autant que l'orgasme est politique.

D6160FBC-8C53-4292-806F-55D26526A82F

Safe Sex
Après le confinement et ses attestations dérogatoires, on ne serait pas vraiment surpris si notre vie sexuelle devenait régulée par Big Brother. Dans Safe Sex, tout acte sexuel doit être déclaré auprès de l'Etat, sous peine de finir au cachot. C'est donc tout naturellement que les travailleurs et travailleuses du sexe vont devenir les leaders de la rébellion. Un chouette projet que vous pouvez lire ici si vous n'avez pas peur de vous frotter à la langue de Shakespeare.

0

Alerte génitale : le porno ferait bander mou

Lundi 20 juillet 2020

5DA9E188-DF11-4991-8BD8-FAF34877E8C6

Une étude présentée à l'Association Européenne d'Urologie, produite à partir d'un panel de 3.267 hommes, belges, danois et britanniques entend démontrer que plus on mate du porno, plus on risque d'avoir des relations sexuelles insatisfaisantes et de connaître des problèmes d'érection. Soixante-dix minutes par semaine serait le seuil critique. Au-delà, gare à la mimolette. Et même si cela touche surtout la frange la plus âgée de l'échantillon, ils ont découvert que 23% des hommes âgés de moins de 35 ans auraient déjà connu les affres de la panne. Si vous voulez en savoir plus, c'est ici. Allez les gars, faites plutôt confiance à votre bonne grosse imagination.

0

10 astuces pour se débarrasser des enfants pour baiser plus

Lundi 20 juillet 2020

66939318_403980983801453_1422809999582691328_nIl paraitrait que pendant l’été, contre toute attente, on baiserait moins et on se prendrait plus la tête que le reste de l’année. La faute à qui ? Aux mojitos qu’on s’enfile jusqu’à trop tard dans la nuit pour rappeler à son corps qu’il a une dignité et des envies sexuelles ? Aux coups de soleils qui empêchent tout contact  avec son crush, ses propres vêtements, voire une démarche décente ? La barrière de la langue qui empêche toute fellation ? Non, si on baise moins, c’est à cause des enfants. 

Là ceux qui n’en n’ont pas peuvent retourner à leurs projets de soirées sous MD et tous les parents peuvent avancer d’un pas fier et combattant : cette année, le sexe c’est aussi pour vous. Chez Brain, on est comme Céline, on ne vous oublie pas, non jamais. Voici donc 10 astuces pour vous débarrasser de vos enfants gratuitement. À noter que certaines fonctionnent également sur les enfants que vos amis prévoient de vous imposer plus facilement qu’une loi en plein mois d’août. 

  1. On l’oublie à l’école le dernier jour des vacances et on revient le 1er septembre, le teint aussi bronzé que l’air naïf : « pardon j’ai pas vu l’heure passer… » 
  2. Si on part en rando, on leur achète des chaussures trop petites. Efficace dès le premier jour pour les semer, avec toutes leurs ampoules aux pieds, ils ne vous rattraperont jamais.
  3. On met des objets suspects dans leur sacs de voyage et on appelle anonymement la sécurité des gares et aéroports.
  4. On fait croire à un de ses potes avec qui l’on a vaguement couché il y a quelques années que finalement c’est son enfant.
  5. On glisse un petit laxatif deux jours avant de partir dans les chocapics de l’enfant. Trop malade, il vaut mieux qu’il reste chez mamie, il ne profiterait pas des vacances à 100%, on ne sait pas une gastro ça peut durer des semaines à cette époque de l’année.
  6. On ment. On dit qu’on part en retraite spirituelle, muette et pour jeuner alors qu’on part en spring break à Mykonos. S’ils sont plus vieux, on peut se contenter de dire qu’il n’y a pas de wifi, ça devrait suffire.
  7. On leur fait croire qu’à la rentrée, il y aura un grand contrôle continu sur des détails Tour de France et qu’il faut ne rien louper des diffusions pour avoir une chance dans la vie. Valable qu’au mois de juillet.
  8. On leur annonce que leur idole va passer un jour prendre le gouter chez papi et mamie mais malheureusement elle n’a pas précisé le jour. Il faut donc y rester caché TOUT L’ÉTÉ pour ne pas la louper.
  9. Classique et toujours bien vu dans les cours de récré : on leur dit que cet été, on devient agent secret, qu’on part sauver le monde. Bonus 2019 : avec le réchauffement climatique, on est obligé de ne prendre que des maillots de bain.
  10. On leur dit que papi va mourir, que c’est le dernier été qu’ils le verront donc qu’il faut en profiter. On précise qu’il ne faut pas lui en parler, il préfère faire comme si de rien n’était.

*Etude Groupon et Institut Opinium Research réalisée auprès de 1.501 parents d’enfants de 5 à 16 ans, entre le 28 mai et le 6 juin 2019 en France, Allemagne, Italie, Espagne et Grande-Bretagne.

0
Par Candice Joncour