Paye ta yatte.

Couvrez ce mini-bout de sein que je ne saurais voir

Vendredi 24 janvier 2020

Capture d’écran 2020-01-24 à 16.24.03

Pourquoi Molière n’a-t-il jamais dit “Couvrez ces male boobs” que ne saurais voir ? Ou, pour le dire autrement : pourquoi cache-t-on chastement les tétons des femmes, alors qu’on ne le fait pas avec celui des hommes ? Est-ce normal ? Le magazine Néon est allé interroger les jeunes de 15 à 25 ans sur ces questions. Résultat : la majorité d’entre eux considère la différence de traitements entre les petits appendices féminins et masculins. La pression sociale liée aux tétons des femmes est liée à l’image collective de la poitrine, fortement érotisée. Mais on dirait que la société commence à évoluer à ce sujet. La campagne FreeTheNipple, par exemple, se bat pour la libération des nichons sur les réseaux sociaux.

Capture d’écran 2020-01-24 à 16.01.47

1


Après la bougie ‘’senteur vagin’’ de Gwyneth Paltrow, voici la chandelle aux effluves de pénis

Jeudi 23 janvier 2020

bougiepénis

Ca ne vous a sûrement pas échappé, la semaine dernière Gwyneth Paltrow avait fait parler d’elle en sortant une bougie qui “sent comme son vagin”. La tendance des parfums d’ambiance sur le thème des parties génitales trouve aujourd’hui un prolongement inattendu avec la sortie d’une nouvelle chandelle parfum pénis, commercialisée par la boîte de pub canadienne Taxi. Le cierge “Smell like my Penis” est absolument identique à celui vendu par Goop, sauf qu’il coûte plus cher : 100 $ au lieu de 75 $. Vous trouvez que ça ne fait aucun sens ? C’est le but. De fait, l’objectif de Taxi n’est pas de remplir votre intérieur avec le doux fumet du chibre, mais de communiquer sur la différence de rémunération entre les sexes. D’ailleurs, on n’est pas certain que la chose existe ailleurs que sur des montages créés avec Photoshop. 

2


Parfois la pub, c’est bien (surtout quand elle s’inspire de mèmes sur la fellation)

Mercredi 22 janvier 2020

eviansuckforit

Si vous avez vu le docu Netflix sur le désastre du Fyre Festival, vous vous souvenez certainement d’Andy King. Ce régisseur y racontait, entre autres, s’être préparé à réaliser une fellation à un douanier pour faire acheminer de l’eau potable pour les festivaliers - il n’a finalement pas eu besoin de le faire. L’anecdote avait vite fait le tour des Internets, et inspiré quantité de mèmes (exemple ci-dessus).

Dans une interview de suivi pour Netflix, le bonhomme s’inquiétait alors d’être réduit à cette histoire : “Je n’ai pas forcément envie d’être connu comme le Roi des pipes”. Mais depuis, de l’eau minérale a coulé sous les pont et King a finalement su tirer de sa notoriété online en devenant le visage d’une nouvelle campagne publicitaire Evian. Son slogan : “Si bonne que vous feriez n’importe quoi pour en avoir.”   

A côté de ça, le type se sert aussi de sa petite célébrité pour collecter des fonds afin de rembourser les victimes du Fyre Fest. Toujours dans la même interview pour Netflix, il commentait : “Si je peux générer une influence bénéfique et beaucoup d’énergies positives sur des questions sociales et environnementales, alors je pense que je peux user de ce moment pour faire de bonnes choses". Saint homme...

2

Tristesse : les soirées queer et cul Cocktail d'Amore tirent leur révérence

Mardi 21 janvier 2020

cocktaildamore

C’est avec une grande tristesse que nous apprenons que la Cocktail d’Amore, la soirée LGBTQI+ la plus libertaire de Berlin, a été contrainte à une fin abrupte. Une fois par mois, la Cocktail d’Amore s’installait au Griessmuehle, un club installé dans le quartier Neukölln, pour transformer son dancefloor en donjon sexuel où les corps s’étreignaient sur des remixes italo et house. Selon un habitué s’exprimant dans les pages du Gardian, “l’ambiance c’était : cul, cul, cul”. Mais, la-faute-à-la-gentrification, le lieu a été racheté par des promoteurs immobiliers, contraignant le club à fermer ses portes. Cocktail d'Amore devait organiser une dernière surboum de 3 jours pour marquer le coup, mais suite à des négociations avortées avec les nouveaux proprios, ce baroud d’honneur n’aura pas lieu… On vous reparle de ce séisme dans la nuit queer berlinoise bientôt. En attendant, paix à l’âme dégénérée de la Cocktail.

0

50 nuances de chibre

Lundi 20 janvier 2020

Capture d’écran 2020-01-20 à 12.22.33_1

Ces beaux ongles appartiennent à Heather Hampton, une travailleuse sociale qui travaille avec des personnes séropositives et qui aime égayer la vie de ces derniers avec ses manucures pénis-eques. La dame essaie régulièrement de nouveaux motifs en forme de variation sur le même thème et elle fait attention à représenter les différents tons de peaux dans ses créations, de manière à ce que tout le monde se sente représenté. Vous pouvez avoir un aperçu de son art ci-dessous ou sur son compte Instagram.

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

cheeky little pricks by the brilliant Donne! 😍💅🏼✨ #dicknails #youlittleprick #tinymasterpeice #heynicenails #heynicedicks #obsessed

Une publication partagée par Heather Hampton (@sissyboyslapparty) le

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

It’s a real Sausage Fest! #sausageparty #dickpic #summerwieners #hotdogpants 🔥 🌭 💕 thank you so much @lacquerslacker 😘😘

Une publication partagée par Heather Hampton (@sissyboyslapparty) le

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Spaceballs: The Nail Art. Now only if my life were directed by Mel Brooks... #spaceballs #heynicenails #handpaintednailart #dickpic

Une publication partagée par Heather Hampton (@sissyboyslapparty) le

0