1Whoretography sort quelque peu des sentiers battus du magazine érotique puisqu'il propose un travail éditorial en collaboration avec les travailleurs/euses du sexe.  Defini comme à l'intersection entre iconographie, technologies, société et mouvement d'émancipation social, ce projet initié par l'Australienne Camille Melissa (photographe, universitaire, et ex-escort girl) est une plateforme en ligne où cette catégorie socio-professionnelle fantôme est invitée à partager photos, vécu ou points de vue. 

2Le crédo de Camille est le suivant : "Tout le sens de mon travail photographique et cyber-ethnique est de stopper les clichés sur la vie des travailleurs/euses du sexe en offrant une autre vision de celle, victimaire, qui est généralement admise. Avec Whoretography, nous oeuvrons pour une nouvelle représentation mentale de cette profession, et surtout, nous luttons pour son émancipation et son autonomie.

L'ensemble de ces échanges s'est concrétisé par une belle revue papier, à laquelle nous souhaitons une longue existence. 

3

Pour en savoir plus sur Whoretography, c'est par ici.