Capture d’écran 2018-07-24 à 12.42.58

Julie Covello aka Dj Shakey sillonne les parties fines depuis près de 15 ans. Introduite dans le circuit par "la Baronne", figure du BDSM new yorkais, elle a aujourd'hui plus d'une centaine de teufs olé olé derrière elle. Orgies, échangisme et polyamours : des heures à passer de la musique tandis qu'en salle les convives s'activent. Quant à Katia Slottke, elle anime depuis trois ans les soirées coquines Eden : The Sensual Playground.  The Outline les a interviewées pour partager leur précieuse expertise.  De quoi répondre à des questions primordiales : comment se faire entendre par dessus le bruit des fessées ? Quelle est la meilleure playlist pour les fétichistes des pieds ? L'ambient convient-elle aux préliminaires ? Pour le découvrir, scrollez chers lecteurs avides d'informations de première qualité.

La première leçon à tirer c'est que, contrairement aux shows des DJs enfants rois de l'EDM, quand on mixe dans un donjon, "il faut contrôler son ego" explique Katia. "On est une part de l'expérience, pas l'expérience elle-même" rappelle-t-elle. Un métier qui implique de la modestie mais aussi beaucoup de flexibilité comme lorsque DJ Shakey a dû jouer sur une balançoire humaine lors d'une fête bondage. "C'est comme un tas de gelée qui remue autour des os, c'est trop bizarre" se remémore-t-elle. La principale contrainte restant le bruit, surtout lors des soirées fessées : "Quand tu as une centaine de personnes qui se claquent les fesses, tu ne peux même plus t'entendre penser. En même temps, ça rend le job plus facile aussi, car eux aussi ne t'entendent pas bien."

Mais comment choisir le bon style de musique pour désinhiber tout son petit monde ? Pour Katia, l'ambient est parfaite pour les préliminaires alors qu'elle mise sur la deep house pour le niveau supérieur.  Brian Eno, au lieu de composer Music for Airports aurait dû appeler son sixième album Songs for the Fistinière. Le but est d'accompagner le plaisir, pas de déstabiliser. "Parfois, c'est comme être DJ de mariage" déplore DJ Shakey. "Certains publics veulent de la pop mainstream comme Madonna pour s'éclater". Alors que dans certaines soirées à thème, le DJ peut broder selon ses envies. A une sauterie de fétichistes des pieds, Shakey a commencé son set par These Boots Are Made For Walking de Nancy Sinatra et Barefootin’ de Robert Parker. Voilà, on espère que ces petits tips vous aideront dans votre future carrière.

 (source)