On t'enVOIE dans la CULlture (tu l'as ?)

NSFW : le club privé new-yorkais spécialisé dans la weed et le cul

Mercredi 20 juin 2018

UNE28 ans de moyenne d'âge. Beaux, branchés et influents sur les réseaux sociaux. Voilà en somme le portrait-robot des 700 membres triés sur le volet du club privé new-yorkais NSFW. Situé à Brooklyn, ce spot s'est spécialisé dans le sexe  (60% de couples libres, une majorité de bissexuels), la fétichisme SM et la fumette de bonne weed. Une sorte de petit paradis pour winners dont l'accès est plus que select : 300 personnes sur la liste d'attente, et plus de 9000 "wannabe in" rejetés.

Bon, en vérité, on s'en branle un peu de ce jardin d'Eden pour millenials huppés : à Paris, on peut avoir la même chose quasi-gratuitement et open door dans les afters en banlieue. 

0


La culotte qui vibre à chaque but va vous faire aimer la Coupe du Monde

Mercredi 20 juin 2018

Capture d’écran 2018-06-20 à 14.09.06

Déjà que la sélection mexicaine de foot est en prise avec un scandale d'orgie sexuelle, il se confirme que le ballon rond excite pas mal les compatriotes de Zorro puisque la marque Vicky Form, basée à Mexico, vient de créer une culotte qui active un vibro dès qu'un but est marqué ou qu'il y a une occasion : la Siente el Juego ("Sent le jeu"). Un robot traduit les données du match en secousses sensuelles. Pourquoi pas, cela peut pimenter sérieusement les matchs. Le problème, c'est la pub pour le produit qui fait controverse. Il y est expliqué que "chaque année, quatre millions de couples se séparent à cause du foot", blâmant le désintérêt des femmes pour le sport. Un parti prix jugé sexiste. C'est vrai, il y a des femmes qui aiment le sport et il y a des hommes qui mettraient bien eux aussi un slip qui vibre pour vivre une belle Coupe du Monde. Non mais.

0




Must-have : le pendentif vibromasseur

Lundi 18 juin 2018

1Voilà donc un objet qui ravira toutes les amatrices de bijouterie luxueuse et de vibromasseur : le Vesper, objet imaginé par la designeuse américaine Ti Chang, combine le meilleur de ces deux mondes, si souvent injustement séparés par le dogmatisme de l'esprit humain.2La créatrice, qui porte ce pendentif depuis 4 ans autour du cou, déclare à ce sujet : 

"Je n'ai vraiment marre des articles de fantaisie ridicules et infantilisants auxquels le plaisir féminin est associé.  Avoir un objet sophistiqué et beau comme ça, c'est rafraîchissant. Et puis il est souvent le pretexte à engager des conversations profrondes sur la notion de plaisir."

3

Avec le temps, la cyprine doit lui donner une certaine patine. Un bijou à nettoyer avec amour entre chaque utilisation et à se procurer ici

0