anti-snoring-pillsJour 1, 21:17

Cher journal,

Ca y est, j'ai franchi le pas. Je me suis finalement inscrit sur Doctissimo, qui est, quoiqu'on en dise, une formidable caisse de résonance pour les angoissés de la vie. Je me suis dit qu'il était grand temps de rendre à la communauté. C'est donc sous le pseudonyme totalement aléatoire de "névrose_rungis" que je me permets à présent de poser les questions les plus diverses. Car Pierre Perret avait tort : on ne sait toujours pas tout sur le zizi.

Jour 2, 15:33

Cher journal,

Quelle étrange sensation que les regrets post-onanisme, je ne m'y ferai jamais. Pourquoi ce sentiment soudain de dégoût pour le désir et la chair alors qu'il y a encore trente secondes, on était fortement excité par une myriade de choses inavouables ? Pourquoi ces remords sont-il encore plus prégnants lorsqu’on se masturbe un mardi après-midi à 15h17 ?

Je pensais que ça passerait avec le temps, qu'il était normal de culpabiliser après l'avoir fait en pensant à Cyril et sa fausse fourrure dans le clip des WhatFor ou en se balançant subrepticement sur une chaise du fond de la classe en cours de maths à 12 ans, mais non, même pas des années plus tard, même une fois majeur et vacciné.

Je crois avoir trouvé un élément de réponse sur un forum Internet. Je cite : "il est normal de se sentir mal après s'être masturbé car nous sommes faits pour avoir du sexe avec une seule personne dans le mariage" (santé-medecine.journaldesfemmes.com, verset 2). Ma main droite serait donc un obstacle à une vie sexuelle épanouie ? À creuser.

cyril

Jour 3, 22:22

Salut, journal. À l'heure où je t'écris ces mots, il est 22:22. Il paraît que lorsque notre regard tombe par inadvertance sur cet horaire, ça signifie que quelqu'un pense à nous. Qu'en penses-tu ?

Bref. Comme tu as vu, je cogite énormément ce soir. Je me dis qu'exprimer mes doutes avec des mots me permettrait peut-être de les occulter. Et si les coucher sur papier pouvait m'éviter par la même occasion de coucher avec n'importe qui, ça serait une bonne chose. Pas facile de naviguer entre les âmes soir à la recherche de l’âme sœur. De préférence, on «ch» tous un plan «pr tjrs».

_2222

Jour 4, 00:27

Cher journal,

J’ai pété pendant l’acte. C’est pas de ma faute, c'est irrépressible, j'ai des flatulences quand on me chatouille. Autour de moi, on répète toujours que les fluides et bruits corporels ne sont pas très ragoûtants, mais qu’ils font partie du lot. Bave, sueur, poils perdus… ça arrive, non ?

Cependant, c’est toujours pendant l’anulingus que mon stress se fait le plus sentir. Une fois, j'ai dit à un garçon que j'avais mangé un chili con carne à midi pour qu'il arrête de trifouiller mon anus avec sa langue. Bien mal m'en a pris, puisqu'il a à peine susurrer «c'est pas grave» avant de replonger là-dessous. Au final, plus de peur que de mal. Mais quand même.

Récemment, un mec avec qui j'ai couché il y a peu a gardé son chewing-gum pendant notre ébat. À un moment donné, il s'est rendu compte que c'était gênant, et s'est mis à le cracher en plein milieu de ma chambre. J'ai retrouvé son cadavre durci et sec. Il en émanait encore une légère odeur de chlorophylle. C'est là que j'ai réalisé que ça n'était pas si grave, s'il ne m'avait pas rappelé.

_Chlorophylle

Jour 5, 17:45

Cher journal,

Peut-on attraper des morpions en s'asseyant en short dans le métro ? Y a-t-il plus d’occasions d’en choper dans une manif de type «free hugs» ? Dois-je me méfier des serviettes chaudes offertes au restaurant japonais de peur que l’un d’eux s’égare dans mes sourcils ? Ces questions m'obsèdent.

Un article de Nice Matin amplifie mes craintes. Il évoque une infestation dans le centre-ville d'Antibes. D'après eux, on peut aussi en attraper dans les saunas, sur les bancs publics ou à la plage de Gravelle. Pas étonnant selon eux, puisqu’il s’agit d’ «un repaire de nombreux marginaux». Les commerçants, eux, accusent les SDF. Ça ne répond pas à ma question sur le métro. Je cherche encore.

Jour 6, 11:08

Ah, mon journal, tu tombes bien. Hier soir, j’ai regardé le film d'horreur It Follows. Je vais pas te spoiler, au cas où tu prendrais vie un jour et que tu aurais toi aussi envie d'aller au cinoche, de jouer à l’Euromillions et de fonder ta 'tite famille comme tout le monde.

Sache juste qu'il s'agit d'un monstre qui poursuit sa victime sans relâche et, en filigrane, d’une métaphore sur la peur constante d'attraper une MST. Tu sais quoi ? J'en ai déduit que la vie était trop courte pour se soucier de toutes les MST possibles et inimaginables.

Évidemment, il faut rester prudent. Mais tu sais, j'ai déjà attrapé une infection urinaire parce que je ne buvais pas assez d'eau et que je retenais trop souvent mes mictions (souviens-toi, on en avait parlé ensemble) (enfin, surtout moi). Du coup, je me dis que le risque zéro n'existe pas et comme ces gens qui se veulent rassurant, je me répète que «tu peux t'faire écraser demain en traversant la rue, hein». C’est vrai que ça rassure, en fin de compte.

Jour 7, 21:56

Cher journal,

Heureusement qu'il est impossible de tomber enceinte lorsque l'on est un homme ! Voilà une crainte en moins. Je te laisse, il semblerait que mon pénis oscille légèrement vers la gauche. S'agirait-il d'une crampe ? Je te tiens au courant.