gay_hypnosisRegarder un porno en réalité virtuelle, c'est bien mignon, mais ça ne remplacera jamais de vraies sensations. Et puis se masturber avec un casque sur la tête, ce n'est pas très agréable, sauf pour les fans hardcore des Daft Punk. C'est pourquoi un autre type de simulation sexuelle est en train d'exploser : l'hypnose érotique. Très développée chez les maîtresses dominatrices, elle est de plus en plus répandue sur Internet. Parmi les pionniers, le site allemand erotische-hypnose qui propose des scenarii conçus par Lady Tara, dominatrix experte en PNL.

Le principe est simple : vous vous détendez et vous écoutez un mp3 qui devrait vous mettre en transe. Les expériences proposées vont du trivial au plus étonnant : avoir un orgasme "mains libres", ressentir une sodomie, devenir une femme ou un bébé adulte en couche culotte... Et si la recherche du plaisir motive la plupart des utilisateurs, certains veulent être mis sous influence pour atteindre la chasteté ou l'impossibilité de jouir pendant quelques jours. D'après le site, il faut trois ou quatre écoutes et une "attitude positive" pour en ressentir les pleins effets. Une efficacité difficilement démontrable pour un tarif de 35 $ en moyenne par téléchargement, c'est risqué.
Capture d’écran 2018-01-31 à 15.55.33

Dans la communauté gay,  les sites et les tumblr sur l'hypnose pullulent. Les vidéos et photos de garçons étourdis par leur maître avec la mention "Good Boy" sont nombreuses. Là, on dérive parfois vers le contrôle mental. Mais ce n'est pas qu'une histoire de domination. Ceux qui se cherchent y trouvent aussi un moyen d'expérimenter dans un environnement sûr et d'autres simulent leur coming out pour se préparer à cette épreuve difficile. Comme quoi, l'hypnose ne sert pas qu'à arrêter la clope ou à apprendre le chinois. Et si les podcasts vous rebutent, il existe des spécialistes qui proposent leurs services personnalisés via Skype