La Royal Navy a décidé d'interdire tout contenu pornographique à bord de sa flotte, bouleversant ainsi toute une tradition au sein de ses troupes.

Tout est parti des traditionnels posters de pin-ups qui tapissent les cabines, transformés avec le temps en ce qu'on imagine être des montages porno. Il semblerait que l'arrivée de recrues féminines au sein des troupes aient quelque peu perturbé cette habitude vieille comme les années 40 de punaiser des images érotiques au mur. Au point d'amener la Royal Navy à interdire l'affichage de toute photo, personnelle ou non, qui ne respecterait pas le «beach test» : les représentations de femmes ne sont désormais autorisées qui si celles-ci revêtent au minimum un maillot de bain.

La Royal Navy, qui se targue d'être un des secteurs les plus inclusifs à l'égard des recrues féminines (elle est classée 10ème dans le top 100 du Stonewall's Workplace Equality Index), prétexte une incompatibilité avec le développement de la mixité à bord. Certaines d'entre-elles ont rapporté se sentir offensées par la confrontation avec ces images et de nombreuses plaintes ont été déposées concernant des visionnages de films dans les espaces communs.

Les 29 000 soldats ont ainsi été récemment avertis d'une révision du règlement concernant les «pin-ups et la pornographie». Ce qui est étonnant, ce n'est pas tant l'interdiction dans les zones collectives que l'interdiction totale contenu «non-certifié par le Bureau de Censure Britannique». Tout matériel pour adulte (magazine, vidéos téléchargées, dvd...) est désormais banni. Dans The Sun, une source s'inquiète de l'éventuelle confiscation des smartphones et rapporte que la colère gronde dans les rangs. Surtout que, selon cette même source, cette mesure survient après de nouvelles règlementations concernant la consommation d'alcool à bord. Comme si les plaintes (probablement légitimes à la base) avaient été prétextes à mesures plus intrusives.

Il faut dire que la Grande-Bretagne a toujours eu un problème avec le porno, les lois y sont parmi les plus restrictives d'Europe. Durant toute la durée de son mandat, David Cameron a par exemple caressé le doux rêve de bloquer définitivement tout accès aux sites X.

La question que l'on peut se poser est : est-il bien malin de priver de porno et d'alcool un groupe isolé dans un bateau pour des semaines ?