Si vous lisez ces quelques lignes et êtes en âge d'être tonton / tata ou d'avoir des gamins, alors probablement avez-vous découvert comme moi votre premier porno en empruntant une VHS à un ami qui l'avait emprunté à son père qui lui-même l'avait acheté en douce chez son marchand de journaux. Et si à l'époque vous n'en avez pas été spécialement traumatisés, c'est peut-être parce que le film top-moumoute sur lequel vous êtes tombés à l'âge de 14 ans n'avait pas grand-chose à voir avec le «prolapsus» (rectum qui se retourne comme un Popples) sur lequel peut aujourd'hui atterrir un enfant de CM1. En tant qu'adultes plusieurs possibilités s'offre à vous : le déni («aucun souci, les seules vidéos visionnées quand je ne suis pas là sont celles de Natoo»), la panique morale («le porno c'est Satan et Chtulhu réunis»), ou la volonté de limiter les dégâts en entamant une discussion avec votre descendance. C'est cette dernière solution que propose le site -non lucratif- The Porn Conversation.

L'initiative a été lancée par la réalisatrice de porno féministe Erika Lust, mère de deux petites filles âgées de 6 et 9 ans. Avec son mari Pablo Dobner, elle a fondé ce site dans le but d'encourager les parents à aborder le plus tôt possible la question de la confrontation aux images : «nous pensons que la honte et l'interdiction ne sont pas de bonnes réponses au problème. Nous croyons plutôt à l'éducation et à la conversation».

Leur démarche n'est certes pas d'encourager les enfants à surfer sur des sites pour adultes, mais plutôt d'éviter de les laisser démunis dans le cas où ils se retrouveraient face à des images qu'ils ne peuvent encore accueillir avec recul et analyse : «les enfants tombent sur du porno dès l'âge de 9 ou 10 ans et nous devons prendre des mesures. Nous avons compris que le problème ne pouvait être réglé en interdisant le porno, de la même façon qu'interdire les drogues n'a jamais aidé la société. En revanche nous pouvons parler à nos enfants, les aider à devenir conscients et critiques».

Quant aux ados, si l'envie stupide vous prend de vous lancer dans un petit laïus culpabilisateur, essayez de vous remémorer l'efficacité qu'a eu la leçon de morale de votre mère le jour où elle a découvert un paquet de clopes dans votre sac : ça vous a donné envie d'en rallumer une. Sans compter que vous-mêmes matez peut-être quelques films plus ou moins régulièrement et n'avez rien de bien convaincant à dire à l'exception de «c'est pas de ton âge», ce qui rentrera par une oreille et ressortira par l'autre. Erika Lust défend qu'il serait absolument contre-productif de leur reprocher quoique ce soit, mieux vaut discuter calmement et sans jugement, en questionnant par exemple ce que la plupart de ces vidéos véhiculent en terme de rapport de genre et de clichés. On peut également aborder la question des conduites à risques qui sont représentées à l'écran. Sur ce point, The Porn Conversation s'appuie sur l'exemple du Danemark, où des cours d'éducation sexuelle sont dispensés très tôt dans l'ensemble des établissements scolaires. Une situation difficilement imaginable en France, où les budgets d'intervention alloués au Planning Familial diminuent comme peau de chagrin et où toute la clique de la Manif pour Tous sort ses banderoles à la moindre initiative. C'est bien dommage, car les danois ont un des plus bas taux de grossesses non-désirées et d'IST chez les adolescents : «en parlant de sexe avec eux et en démystifiant les choses, cela réduit le taux de conduite à risques lors des premières expériences».

Porn Conversation 2

Erika Lust ne se prétend pas spécialiste ni n'affirme détenir de formule miracle. Elle délivre en réalité plus de tuyaux relevant du bon sens que de grands dogmes. On y trouve par exemple quelques phrases pour engager la conversation sans avoir l'air intrusif ni inquisiteur, ou encore des piqûres de rappel concernant le consentement, la circulation incontrôlée de sa propre image et les risques encourus lorsqu'on se laisse filmer. Et si entamer une «porn conversation» ne résoudra pas tout, au moins cela permettra de semer une graine d'esprit critique, ce qui ne sera pas complètement vain.